MenuPortlet
DetailPortlet
  • Etude sur le Digital Marketing : Document de synthèse.

    Author : fredericvoirin-22/12/2011 ( Uncategorized )
    Suite à l’étude menée cette année, nous avons réalisé un document de synthèse au format vidéo, qui présente, en 6 minutes, les points clefs d’une approche Digitale.

    Pour plus d’information, n’hésitez pas à nous contatcer :
    frederic.voirin@ebc-businessconsulting.com



    Frédéric VOIRIN
    EBC BusinessConsulting
  • Les ordonnances se dématérialisent

    Le système était en phase de test depuis 2010 auprès de 900 pharmacies, et va se généraliser progressivement à partir de 2012 pour couvrir l’ensemble des pharmacies de l’hexagone fin 2013. Il s’agit de la télétransmission par les pharmacies de près de 750 millions d’ordonnances par an.

    Sont en jeu : 2 heures de travail en moyenne par pharmacie et par jour pour trier et acheminer les ordonnances "papier", 400 postes de moins au niveau de l’assurance maladie (4000 personnes y sont actuellement en charge de traiter les ordonnances papier), et un coût de collecte de plus de 4 M€ annuel.

    A compter de 2014, les médecins seront à leur tour invités à adopter l’ordonnance électronique; celle-ci sera alors disponible à la consultation pour les différents professionnels de santé concernés.

     

    Les acteurs de l’assurance maladie complémentaire (mutuelles, assurances) devront dès lors mettre en place les projets nécessaires à l'adaptation de leurs processus et de  leurs systèmes d’information, avec à la clef des potentiels de gains de productivité et d''innovation.
  • Comment créer de la valeur pour l'entreprise avec les réseaux sociaux ?

    Si l’usage des réseaux sociaux privés connait une croissance fulgurante, les entreprises cherchent encore de quelle manière bénéficier au mieux de cette dynamique.

    Plusieurs pistes existent pour transformer cette tendance en sources de revenus supplémentaires.

     

    Une première piste : la création de pages ou de groupes d’information et de dialogue sur Linkedin, Facebook, Youtube, ou encore un compte twitter. La démarche apparaît incontournable, mais comme le constate l’Ifop dans sa dernière publication de l’observatoire des réseaux sociaux seuls 16% des internautes suivent une ou plusieurs marques sur les réseaux, et parmi eux seuls 11% commentent les informations diffusées. La principale raison de suivi d’une marque reste l’obtention de promotions et de bons plans (65%).

    L’opportunité pour les entreprises est ici de s’appuyer sur des marchés de niches pour parvenir à créer de la valeur en répondant à des besoins clients non satisfaits par ailleurs d’une part et en faisant des clients ainsi ciblés de véritables ambassadeurs de la marque.

     

    Une seconde piste : le « S-commerce »  (le social commerce). A l’image de Voyages-SNCF qui s’est lancé (24 octobre 2011) dans l’organisation de voyage via Facebook avec « Petits voyages entre amis ». L’utilisateur peut proposer un voyage à un groupe d’amis, lancer la validation et le règlement grâce à une application dédiée. L’intégration entre les applications Facebook et voyages-SNCF est totalement transparente pour le client, ce qui constitue la véritable innovation de services. Pour Bertrand Lemaire (Cio-online) il s’agit là du seul véritable site de S-commerce en France.

    L’enjeu du S-commerce tourne autour de la conception de services innovants et intégrés. Il convient également de répondre aux défis technologiques constitués par la multiplicité des standards technologiques mobiles (avec par exemple des API de plateformes propriétaires et spécifiques) qui génèrent des coûts de développement accrus.

     

    Une troisième piste est constituée par la création d’un réseau social d’entreprise. Il s’agit de créer un champs favorable à des interactions entre les collaborateurs et dont les résultats peuvent être réutilisables pour l’entreprise. Il faudra notamment pouvoir relier les interactions sociales à des éléments métiers (tache projet, opportunité CRM, base documentaire…).

    Il est également important de pouvoir ouvrir le réseau à des acteurs extérieurs à l’entreprise, afin de traduire la réalité des relations professionnelles quotidiennes (dans plus de 50% des interactions existent avec des acteurs externes à l’entreprise).

    Les nouvelles générations qui intègrent le milieu professionnel seront de plus en plus réceptives à ce type d’approches, dont les contours restent encore à inventer, et qui constituent un réel gisement d’innovations de services. D’un point de vue technologique, les collaborateurs auront besoin de se connecter au réseau social d’entreprise et ses services depuis leurs mobiles ou tablettes tant professionnels que personnels, ce qui est à la base d’une réflexion nécessaire sur les enjeux et contraintes de sécurité autour des multiples  plateformes (Android, Apple…).

     

    D’autres pistes existent certes, mais il faut surtout retenir que l’intégration des réseaux sociaux dans la stratégie économique des entreprises reste encore à construire et les firmes ont besoin d’accompagnement, pour  mieux comprendre le phénomène et identifier les opportunités associées. C’est également l’un des objectifs de la chaire « Réseaux sociaux : création de la valeur économique et sociale » qui vient de voir le jour à l’Institut Telecom en réunissant une équipe de chercheurs pluridisciplinaire autour de Christine Balagué enseignant chercheur en e-marketing et auteur de nombreux ouvrages sur les réseaux sociaux.

    L’innovation de services visant à augmenter la valeur client, la recherche, la maturité des marchés et des technologies, tels sont les ingrédients qui permettront de faire des réseaux sociaux de véritables leviers d’accroissement des revenus de l’entreprise.

     
  • Productivité et innovation, des enjeux pour les sociétés d'assistance

    Les sociétés d’assistance, du fait de leur modèle économique, de leur environnement hautement concurrentiel, mais également des possibilités offertes par les nouvelles technologies (mobile, …), sont confrontées à de forts enjeux.

    Enjeux de productivité tout d’abord, pour sécuriser non seulement  leur marge opérationnelle, mais également les niveaux de service de plus en contraignants exigés par les grands clients internationaux.
    Enjeux d’innovation ensuite, pour proposer de nouveaux services (santé, garantie étendue, etc…) parfaitement adaptés à une clientèle de plus en plus attachée à la valeur client.

    Productivité
    Avec des marges de l’ordre de moins 5%, les sociétés d’assistances se doivent d’être particulièrement attentives à la recherche de gains de productivité en interne afin :
    •    D’optimiser leurs coûts de fonctionnement
    •    D’améliorer l’efficacité de leur processus
    •    D’augmenter la satisfaction de leurs clients
    Ces différents éléments contribueront à améliorer la marge à activité constante d’une part, et à libérer des ressources pour d’autres activités d’autre part.
    Une approche classique consiste à revisiter la chaine de la valeur pour décider des fonctions à réaliser en interne, à centraliser, voire externaliser ; une autre consiste à reconfigurer certains processus pour les rendre plus performants en couplant approche lean et nouvelles technologies.
    C’est exactement ce qu’ont fait un certain nombre d’acteurs du secteur. Ainsi la dématérialisation de la chaîne de paiement fournisseurs chez un acteur majeur de l’assistance en France a permis de diviser par 5 le coût unitaire de traitement. De même, l’outsourcing des réservations d’hôtels à Carlson Wagon Lit a permis à d’autres assisteurs (Mutuaide, Fidélia et Acta Assistance) de bénéficier de tarifs préférentiels et d’un centre d’appel disponible 24h sur 24.

    Services
    En termes d’innovations, plus que de nouveaux services à proposer aux clients, le marché teste actuellement de nouveaux canaux de relation client, surfant sur l’émergence des smartphones. Le modèle demeure cependant encore à affiner.
    Les principaux acteurs disposent d’applications de mobilité qu’ils affichent en nom propre et/ou en marque blanche :
    •    Les services proposés au départ se concentraient sur les aspects informationnels voire ludiques (applications NetGlobers, puis TripOrganizer d’Europ Assistance lancées respectivement en 2009 et 2010)
    •    Ensuite des applications de demande d’assistance avec rappel automatique du demandeur par l’assisteur ont commencer à faire leur apparition (« Mon Assistance Mobile » de Mondial Assistance depuis 2010)
    •    Les niveaux de téléchargement des applications ainsi que les niveaux d’utilisation restent toutefois modestes eut égard aux investissements de mise en place correspondants
    Le rendement de ces investissements reste à mesurer sur les moyens et longs termes, dans la mesure où le taux de pénétration de smartphones dans la population et les usages correspondants sont en constante augmentation. Dans un avenir proche le déclenchement d’une opération d’assistance se fera aussi naturellement via une application mobile que suite à un appel téléphonique.

    Les sociétés d’assistances ont donc tout intérêt à profiter de la période de transition actuelle pour identifier les services à réelle valeur ajoutée à proposer à leurs clients et pour adapter leurs processus métiers en conséquences (gain de productivité, amélioration de la qualité de  services). Avec pour avantage de faire valoir dès maintenant leur excellence opérationnelle sur le canal mobile et bénéficier ainsi d’un avantage concurrentiel et d’un capital confiance pour ne pas se laisser distancer par les autres acteurs du secteur.

     

    Jean-Pierre Gracia

    EBC Business Consulting
  • Etude sur le digital marketing B2B – Amélioration de la performance et nouveaux axes de compétitivité.

    Author : fredericvoirin-10/10/2011 ( Uncategorized )
    Le Digital marketing est constitué d'un ensemble d'outils et de pratiques permettant d’organiser les conversions digitales, pour atteindre, attirer et conserver, au centre des processus de vente, les clients et prospects.
    La maturité des technologies Internet (20 ans) et des outils sociaux (5 ans) permet de dégager de nouveaux axes de compétitivité et de nouveaux modes de développement business pour les entreprises.

    Les enjeux B2B restent toutefois plus complexes qu'en B2C. Une entreprise B2B doit maitriser des modes de communication B2B et B2C entre institutions et individus voire entre clients et utilisateurs finaux. Elle doit doser efficacement les efforts et les moyens pour intégrer le marketing digital à son marketing traditionnel et préparer son organisation à être « social ready ».

    EBC Business Consulting a étudié plusieurs acteurs majeurs B2B et a identifié :

    La typologie des zones spécifiques de conversation (infosphères), et leur usage dans l'amélioration du processus de vente :

    <> La sphère primaire qui est une zone propriété de l'entreprise (transaction, communication poussé, information institutionnelle).
    <> La sphère secondaire qui est une zone d'échange et d'influence (communication partagée, échange).
    <> La sphère publique qui est une zone sociale non contrôlable (image et réputation, influence, social).

    Les principes majeurs qui doivent soutenir et améliorer les processus de vente :

    <> La maitrise de son image.
    <> L'influence client.
    <> L'anticipation et compréhension des évolutions du marché ou des besoins.
    <> L'identification les manœuvres de la concurrence, et la création de valeur grâce à l’innovation ouverte avec ses partenaires.

    Une synthèse de cette étude sera diffusée prochainement

    Frédéric VOIRIN
    EBC Business Consulting.
  • Enjeux, difficultés et limites de la Globalisation des Firmes

    Author : fredericvoirin-19/09/2011 ( Uncategorized )
    La fragmentation économique et géographique des processus rend les Business Models plus performants mais aussi plus complexes et plus sensibles aux facteurs exogènes. Les entreprises qui réussissent savent trouver les bons effets de levier entre les sept facteurs de performance que sont les coûts, la valeur client, la capabilité des processus, l'évolutivité et la résilience du modèle d'affaires, la capacité à innover et la maitrise du temps.

    Pour une analyse plus complète, voir également l'article dans l'Expansion Management Review de Juin 2011 (n°141)



    EBC Business Consulting
  • Lessons learned from successful MDM Initiatives in Retail

    Author : fredericvoirin-19/09/2011 ( Uncategorized )
    Increasing demand on business efficiency and increasing business complexity drive companies to deal daily with a growing amount of data, which needs to be processed instantly and seamlessly.
    Information Management and Master Data Management becomes key to organize, control and leverage your reference data, so as to match the requirements of the departments in your Company.
    This presentation details both the Challenges of Information Management as well as Best practices learned from successful engagement with major Retailers across Europe.



    EBC Business Consulting
  • Price management for non food retailers

    Author : fredericvoirin-19/09/2011 ( Uncategorized )
    Due to both evolving purchasing patterns and competitive landscape, retailers face increasing challenge to meet their financial forecasts in terms of revenue and inventory.

    Being able to propose the right offer at the right time becomes key, and can be successfully supported by a markdown management process based on constant measures, analyzes and adaptations to the environment.



    EBC Business Consulting
  • Gestion Optimale de Produits Saisonniers

    Author : fredericvoirin-19/09/2011 ( Uncategorized )
    L’essor du eCommerce, la volatilité des comportements d’achat, la concurrence accrue de nouvelles enseignes et des produits provenant des pays émergents ont fait évoluer la gestion saisonnière des collections de la distribution.

    Il est désormais impératif de pouvoir anticiper le comportement de consommateurs plus sélectifs, afin de d’atteindre les objectifs financiers et de limiter les invendus de fin de saison. Pour ce faire la mise en place d’un processus d’adaptation continu basé sur le suivi et l’analyse permanente du marché se révèle cruciale.



    EBC Business Consulting
  • Les « best practices » du schéma directeur

    Author : fredericvoirin-16/09/2011 ( Uncategorized )
    La manière de réaliser les schémas directeurs doit évoluer pour tenir compte des nouveaux enjeux et attentes des Directions Générales.

    Comment ?

    En conjuguant innovation et approche industrielle pour :

    • Repenser les processus métier avec pour objectif l’innovation et l’efficacité opérationnelle.

    • Déterminer les fonctionnalités assurant la meilleure péréquation entre support des processus métier, maîtrise de la diversité utile, scalabilité, flexibilité et évolutivité du SI.

    • Construire l’architecture applicative comme un investissement industriel.





    EBC Business Consulting
  • Lutte contre la fraude - enjeux et outils

    Author : fredericvoirin-08/09/2011 ( Uncategorized )
    Dans un contexte concurrentiel de recherche permanente d’amélioration de l’efficacité et de la rentabilité, la lutte contre la fraude représente pour les entreprises un enjeu de compétitivité et d’amélioration de leurs marges.

    Pour lutter contre un manque à gagner estimé à plus de 7% de leur chiffre d’affaire, les entreprises ont aujourd’hui à leur disposition des outils et des méthodes visant à sécuriser leurs données, leurs processus et leurs systèmes d’informations.

     



    EBC - Business Consulting